Jeunesse/Young adult, Mes chroniques littéraires

Paranoïa de Melissa Bellevigne.

paranoia_melissa-bellevigne_goldenwendy_livre-hachette-black-moon

Par Melissa Bellevigne

Editions Hachette

Des tuyaux de perfusion sinuaient entre ses doigts d’une finesse extrême. C’était la première fois que je la voyais. Et le premier sentiment qu’elle m’inspira fut la pitié. Elle avait des airs de fantôme, là, seule et perdue dans ses pensées, avec sa chevelure sombre en bataille et ses mains tremblantes.

Résumé:

Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelée à l’institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s’alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d’une lucidité et d’un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leurs échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête des racines familiales en Angleterre et la présence invisible d’un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours.

Psychologie ou fantastique? Une question que vous avez dû vous poser tout au long de votre lecture si vous avez lu Paranoïa ou que vous vous poserez si vous vous apprêtez à le lire. Je connais Melissa de part sa chaîne Youtube prioritairement, puis de part son blog. Je trouvais donc très intéressant de lire son tout premier livre, parce que le résumé me plaisait, la couverture également, mais surtout parce qu’on a cette sensation rigolote de lire ce qu’à écrit une copine quand on lit quelque chose d’une youtubeuse. Enfin moi, c’est la sensation que j’ai. Cette impression de quelque chose d’un peu plus « intime » quand on lit ou regarde une vidéo d’une jeune femme qui n’est finalement pas bien différente de nous. Même si je ne suis plus vraiment les aventures de Mélissa sur Youtube, parce que le contenu ne m’intéressait plus vraiment, j’ai eu très envie de découvrir son univers littéraire.

L’écriture de Melissa est ce qui m’a le plus plu au cours de cette lecture. Une plume fluide et emprunte de poésie. J’adore. Melissa a ce talent qu’on certains grands auteurs, à savoir réussir un savant mélange de mot jusqu’à former de joli choses qu’on a envie d’écrire sur un bout de carnet et de garder dans un tiroir. La relation entre Judy et Alwin m’a beaucoup touchée, je regrette qu’elle n’ai pas été plus élaborée.

Je raffole d’histoire qui mêlent enquêtes et psychologie, ce qui me vaut un amour inconditionnel pour les romans de Thilliez d’ailleurs. Aussi, c’est naturellement que j’ai été attirée par la quatrième de couverture de Paranoïa. Pourtant, j’ai été un peu déçue de la tournure fantastique qu’à pris l’histoire (même si, je le sais, il est classé en jeunesse/fantastique!) J’aurais juste voulu que le côté psychologique soit un peu plus creusé! Au delà du psychologique il y a certains aspects du résumé que je n’ai pas retrouvés dans l’histoire. Néanmoins, Paranoïa n’a pas été écrit sur un coup de tête et le travail se ressent au travers des chapitres. La culture anglophone y est bien présentée, j’ai ressenti l’investissement de Mélissa au fil des pages.

La fin n’est pas « surprenante » et c’est peut-être ce que je regrette. Il y a du suspens, mais l’auteur ne l’a peut-être pas manié assez adroitement pour nous couper le souffle… Cependant elle répond à toutes nos interrogations et même si je me suis parfois un peu retrouvée dans le flou, j’ai su m’en dépêtrer!

Paranoïa reste une lecture durant laquelle j’ai passé un bon moment. Melissa a un véritable don pour l’écriture, et j’espère sincèrement qu’elle a pour projet d’écrire d’autres livres! Comme quoi les youtubeuses ne savent pas que parler de rouge à lèvres! 😉 Je note ce livre 14/20.

P.S: J’aurais peut-être le plaisir de rencontrer Melissa samedi puisqu’elle sera en dédicaces à Lyon!

Tandis que je passais la première et redémarrais sous les insultes des conducteurs derrière moi, je me laissai aller à songer que, si tous les feux rouges étaient garnis de fleurs, l’adrénaline ambiante serait peut-être un peu mieux freinée.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

4 thoughts on “Paranoïa de Melissa Bellevigne.”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s